Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 00:01

caissiere.jpg


Auteur : Anna Sam

 

Court résumé :

Comme beaucoup d’étudiants Anna Sam a dû trouver un job pour pouvoir subsister pendant ses études. Et comme de nombreux diplômés malheureusement aussi à la fin de ses études, ne trouvant pas de travail dans sa branche, elle s’est vue forcée de garder ce qui n’était autre à la base qu’un job d’étudiant. Anna Sam a donc été caissière dans des supermarchés pendant 8 ans. Elle nous présente ici un recueil de toutes les anecdotes allant des plus trashs aux plus drôles qui représentent bien ce qu’elle a vécu durant toute ces années à ce poste si important dans notre chère société de consommation et qui  bien souvent passe totalement inaperçu.

 

Mon avis perso :

Anna Sam fut d’abord repérée par un éditeur qui s’est intéressée à son blog où elle racontait les différents aléas de son quotidien de caissière en supermarché. S’en suit donc un livre Les tribulation d’une caissière qui reprend les différentes situations racontée sur son blog. Mais notre caissière nationale ne s’arrête pas là car le succès et au rendez-vous ! Son livre est bientôt traduits dans de nombreuses langues étrangères, une adaptation BD est publiée et à la demande générale un nouveau livre est écrit ! Bref autant dire qu’elle ne chôme pas depuis qu’elle n’est plus caissière. Alors que dire qui n’a pas déjà été dit sur ce livre qui a soulevé un élan de sympathie de la part de nombreux blogueurs ? Et bien, au risque de me faire huer, je n’ai pas tant aimé que ça. En même temps il faut dire que je sortais tout juste de ma lecture de Pride and Prejudice, alors forcément les tribulations de la caissière partaient avec un gros handicap!


En fait j’en avais tellement entendu parler que je m’attendais à une œuvre extraordinaire qui me rappellerait mon expérience "inoubliable" et tellement "gratifiante" qu’a été mon job d’étudiant pendant 1 an en tant que caissière chez le monsieur qui vend des surgelés (Attention ! chut ! chut ! pas de marque ;-) ).Cette dernière phrase et bien évidemment toute plein d’ironie. A vrai dire, je ne devrais pas dire que j’ai été déçue car le livre rempli bien son contrat. Il m’a fait sourire aussi pas mal de fois en me rappelant certains comportements de personnes assez égoïstes, mais aussi avec des anecdotes comme le « truc collant et pourtant il n’y avait pas de confiture » qui hanteront, bien malheureusement, longtemps ma mémoire…


Bref tout ça pour dire, que ça se lit facilement (je l’ai lu en 2 heures dans le train). On ne s’ennuie pas. Mais j’ai bien peur que le sujet soit plus ou moins épuisé avec cet opus. Du coup je ne pense pas que je lirai le second tome, la BD peut-être à la rigueur.


Nombre de pages : 186


Temps mis pour le lire : 2 heures


Note : 13/20


Le premier paragraphe :

 

Je m’appelle Anna Sam, j’ai vingt-huit ans, un diplôme universitaire littéraire en poche et une expérience de la vie à la fois particulière et banale. J’ai travaillé huit ans en grande surface, d’abord pour financer mes études et obtenir mon indépendance financière et puis, faute de trouver un emploi dans ma branche, j’y suis restée pour devenir comme on dit : hôtesse de caisse.

Repost 0
Published by LN - dans Sociologie
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 14:52

Auteurs : Alexandre des Isnards et Thomas Zubert


Court résumé : Les auteurs qui sont consultants depuis 9 ans nous font découvrir l’univers des nouveaux jeunes cadres dans les grandes entreprises multinationales, SSII and Co.  Bien loin des vieux clichés, ils nous montrent un un monde hostile où l’on ne se bat plus pour des idées mais pour du vent et des intérêts très personnels qui peuvent varier du jour au lendemain sans raison particulière.

 

Mon avis perso : Je me suis intéressée à ce livre parce que je travaille moi-même dans une multinationale en open-space mais en Angleterre. Et c’est peut-être cela qui fait toute la différence. En effet, le modèle est assez bien adapté à la culture américaine en particulier et anglo-saxonne en général. Ici, le problème semble être que les français ont pris certains concepts au pied de la lettre en les radicalisant. Le monde de l’entreprise est devenu dans ce contexte un univers totalement à part avec ses rites, se coutumes et sa propre langue composée à partir de termes de management en anglais et adaptés tant bien que mal à la langue française afin de la rendre plus « professionnelle ».  Je dois dire que ça fait assez peur et que ça me rappelle aussi bien pourquoi j’ai choisi de partir travailler à l’étranger pour ne pas me retrouver dans ce cercle infernal du monde des SSII, cabinets de recrutement, agence intérim etc. Mais bon comme je n’aime pas trop les généralisations. J’ose espérer que cette description est un peu exagérée et qu’il y a encore beaucoup d’entreprises en France où ce schéma n’est pas aussi présent que le livre nous le montre.


Nombre de pages : 201


Temps mis pour le lire : 5 heures


Note : 16/20


Les 3 premières phrases :

La comédie humaine a toujours existé au sein de l’entreprise. Vous y trouverez les affairés et ceux qui font semblant de l’être. Ceux qui parlent de leurs prouesses et ceux qui pensent que leur travail va être reconnu de lui-même.

Repost 0
Published by LN - dans Sociologie
commenter cet article

Lectures en cours

En ce moment je lis :

 

Dans-les-forets-de-Siberie.jpg

 

 com-digitale-expliquee-a-mon-boos.png

 

 

Pages