Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 00:08

 

saisoncopenhague.jpg

Auteur : Karen Blixen

 

Court Résumé :

C’est l’hiver et c’est aussi le moment de l’année où toutes les familles nobles du Danemark se retrouvent à Copenhague pour une grande saison de mondanité où les femmes prennent le pouvoir en ouvrant leurs salons aux intellectuels et aux gens de haut rang. C’est dans ce contexte que vont évoluer nos deux protagonistes Ib et Adélaïde dont l’amour est impossible.

 

 

Mon avis perso :

En attendant Le journal d’Anne Frank, voici un petit livre qui est en fait un conte extrait du recueil Nouveau Contes d’hiver que j’espère pouvoir lire bientôt. Ce conte m’a en effet donné envie de prolonger ma lecture.


Contrairement à La ferme africaine, cette histoire n’a rien d’autobiographique pour l’auteure à part le lieu et le milieu dans lesquels elle se situe.  J’ai pris plaisir à retrouver la plume de l’auteure que j’avais bien appréciée précédemment. Ici la traduction française est faite à partir de l’anglais et non plus du danois, mais le charme reste et le style est toujours plus ou moins le même bien que certaines phrases me paraissaient un peu mal tournées (sans doute encore un problème de traduction).


C’est une très belle histoire d’amour qui nous est présentée presque digne des tragédies antiques. Il y est très souvent question d’honneur, une question qui semble aujourd’hui complètement dépassée mais qui est pourtant le point central du récit.


Un joli conte tragique qui me donne bien envie de découvrir le reste du recueil.


 

Nombre de pages : 132

 

Temps mis pour le lire : 4 jours

 

Note : 16/20

 

La première phrase :

La saison d’hiver à Copenhague, à l’époque de cette histoire, pendant l’année 1870, s’ouvrit avec les grandes cérémonies de la Cour pour le Nouvel An et se termina le 8 avril, avec la célébration de l’anniversaire du roi Christian IX.

Repost 0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 18:34

 

fermeafricaine

Auteur : Karen Blixen

 

Court Résumé :

Karen Blixen, jeune aristocrate danoise, vient retrouver son fiancé au Kenya et l’épouse le jour même de son arrivée. Leur projet est de démarrer une plantation de Caféiers. Mais de ces débuts, il n’est pas vraiment question dans ce livre, ni de son mari volage d’ailleurs. Karen nous raconte tout simplement les différentes anecdotes qu’elle a vécues lorsqu’elle possédait cette ferme en Afrique. Ce ne sont d’ailleurs pas des anecdotes mais des descriptions précises et extrêmement intéressantes des personnages hauts en couleurs qu’elle a rencontrés à cette époque ainsi que des événements dont elle a été témoin.

 

Mon avis perso :

Tout le monde ou presque a vu le film de Sindey Pollack Out of Africa me direz-vous. Ce n’est pas faux, sauf que moi je ne l’avais pas vu. J’ai donc commencé par le livre La ferme africaine sans aucun a priori.


Le livre commence tout doucement, au départ j’y voyais juste un récit de voyage plaisant et paisible mais sans plus. Mais plus on avance dans ce livre et plus on tombe sous le charme de la plume de Karen Blixen. C’est un récit simple et épuré mais qui est aussi parfois ponctué de grandes envolées lyriques qui nous font voir l’Afrique avec un œil neuf, celui d’une africaine d’adoption, tombée amoureuse de ce continent dont l’histoire est en plein bouleversement.

 outofafrica.jpg

 

A travers son récit, on fait connaissance avec les différentes ethnies qui peuplent sa ferme, de personnages qui l’ont plus profondément marquée comme Kamante son deuxième cuisinier qui lui resta fidèle même après son départ, du vieux chef Kikuyus Kinyanjui qui, le jour de sa mort, la supplia de l’emmener à la ferme. 


On rencontre également Berkeley Cole et Deny Finch-Hatton qui deviendront ses fidèles amis. En particulier Denys, avec qui elle entame une liaison (ce dont il n’est pas vraiment question dans le livre). Denys sera son amour africain, mais dans le livre elle décrit uniquement les moments de complicité amicale qu’ils ont passés ensemble, n’en déplaise aux âmes fleurs bleues tentées de lire ce livre avec l’espoir d’y trouver une magnifique histoire d’amour dans un pays lointain.


La dernière partie du livre est consacrée à la période qui précède la vente de sa ferme. Elle y décrit les paysages et les animaux qui l’on marqués. Karen Blixen a passé 17 ans au Kenya et n’y est jamais retournée par la suite. Son retour dans son pays natal fut pour elle le début d’une grande carrière littéraire pendant laquelle elle nous a offert ce chef d’œuvre que je suis heureuse d’avoir lu. J’ai maintenant hâte de découvrir le reste de son œuvre.

 

Nombre de pages : 506

 

Temps mis pour le lire : 4 semaines

 

Note : 17/20

 

Les 3 premières phrases :


J’ai possédé une ferme en Afrique, au pied du Ngong. La ligne de l’Equateur passait par les montagnes à vingt-cinq milles au nord. Mais ma ferme se trouvait à deux mille mètres d’altitude.

 

blixen1.jpg

Repost 0

Lectures en cours

En ce moment je lis :

 

Dans-les-forets-de-Siberie.jpg

 

 com-digitale-expliquee-a-mon-boos.png

 

 

Pages