Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 18:09

Potentiel-du-sinistre

 

Auteur : Thomas Coppey

 

Court résumé :

Chanard obtenu le poste de ses rêves : il intègre enfin Le Groupe ! C'est le début d'une ascension sociale assurée que rien ne pourra plus arrêter... à moins que...

 

Mon avis perso :

Un livre qui montre le vrai travail d'enquête qu'a mené son auteur afin de représenter de manière objective et sans fioriture le monde de l'entreprise tel que le vive des milliers d'employés aujourd'hui.

 

Les personnages évoluent selon les normes précises qui suivent à la lettre les codes corporate des multinationales. Ils pensent vivre une vie parfaite conforme tous les principes qui satisfont les désirs qui doivent les rendre heureux. Surtout aucune originalité, aucune prise de décision improvisée. Tout doit correspondre au plan classique de la réussite sociale.

 

Cette lecture m'a donné froid dans le dos tellement, les personnages me rappellent certaines personnes que je cotoie ou que j'ai cotoyées à mon travail en particulier. Des gens persuadés d'être heureux, qui ont peur du changement, de tout ce qui sort de la routine. Des gens qui ne ressentent rien ni pour les autres ni pour eux-mêmes et qui s'en rendent à peine compte et que cela ne dérange pas le moins du monde. Tout ce qui leur importe c'est d'avoir leur place bien au chaud dans les petite case pré-établies de la notre belle société actuelle.

 

Tout au long du livre, je ressentais une sorte d'oppression. Je n'avais qu'une envie terminer cette lecture et retrouver enfin un sentiment de libération, de liberté, d'existence et de vie tout simplement. J'ai espéré un retournement de situation et il est arrivé. Mais cela pas été pour autant libérateur. L'oppression est restée présente jusqu'à la fin. 

 

La fin fut d'ailleurs une surprise intéressante. Elle ouvre mais referme immédiatement tout idée de changement, de renouveau. Et l'on est bien heureux et on se rassure un peu comme on peut en refermant ce livre : c'est bon c'est fini, je peux reprendre ma vie et la vivre comme je le souhaite. Mais le peut-on vraiment?

 

Nombre de pages : 192

 

Temps mis pour le lire : 2 semaines

 

Note : 16/20

 

Les 3 premières phrases :

"Si Chanard avait des doutes, si certaines de ses paroles sonnaient, lors des premiers entretiens, comme des tentatives pour se vendre, il s'est peu à peu approprié le discours du Groupe. Il fait sa profession de foi avec tact, prenant soin de ne laisser aucune incertitude quant à son humanité. Il admet qu'il y a parfois de la frustration à rentrer chez soi et à ne pouvoir consacrer plus de temps à Capucine, née il y a deux mois."

 

Thomas-Coppey.jpg

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 22:15

Fouche

 

Auteur : Stefan Zweig


Court Résumé :

Voici une biographie très complète et extrêmement bien analysée de l'"infamous" Joseph Fouché. Tour à tour, prêtre, révolutionnaire, tyran, chef de la police et, devenu Duc d'Otrante, aux ordres de l'empereur Bonaparte.

 

Mon avis perso :

Un récit incroyable que la vie de cet homme parti de rien ou presque que personne n'aurait pu présager.


Stefan Zweig retrace avec brio la vie tumultueuse d'un des plus célèbres traitres de tous les temps. Grâce à de savant calculs dont lui seul détenait les clés il a su sans cesse se renouveler en faisant grâce à d'ingénieux tour de passe-passe oublié ses méfaits précédents. Redevenant à chaque fois l'homme providentiel prêt à sauver la France et l'Europe des plus terribles désastres.


Ce qui est captivant dans ce récit ce sont aussi tous les jeux de pouvoir qui sont extrêmement bien représentés et qui montrent d'une façons étonnante des renversements de situation complètement inattendus. Celui qui a les meilleures cartes en main n'est pas toujours celui qu'on croit...


Une biographie indispensable pour bien comprendre l'histoire de France et de l'Europe entre de la Révolution à la déchéance de Napoléon.

 

Nombre de pages : 284

 

Temps mis pour le lire : 3 semaines

 

Note : 19/20

 

Les 3 premières phrases :

"Le 31 mai,Joseph Fouché - que nous sommes loin encore du duché Otrante ! - voit le jour à Nantes. Ses parents étaient marins et commerçants, ses aïeux également ; rien de plus naturel, par conséquent, que leur héritier fût, à son tour, marin, qu'il devînt capitaine de navire ou qu'il se livrât au négoce maritime. Mais de bonne heure on s'aperçoit que cet adolescent fluet, nerveux, anémique et laid manque de toute aptitude pour un métier si dur et qui, à l'époque, était encore réellement héroïque."

 

Zweig.jpg

Repost 0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 15:12

laPlace.jpg

Auteur : Annie Ernaux


Court résumé :

Suite à la mort de son père, Annie Ernaux revient sur la vie simple qu’a vécue cet homme dans sa Normandie natale.


Mon avis perso :

Il y a quelques années j’avais lu les deux livres qu’Annie Ernaux a consacré à sa mère ( « Je ne suis pas sortie de ma nuit » et Une femme ) et j’avais depuis longtemps envie de découvrir « La Place » plus axé sur la vie de son père.


Annie nous présente avec une émotion contenue ce père fataliste qui a souffert calmement sans trop se plaindre (à cette époque on n’avait pas trop le choix d’ailleurs). Le dur labeur n’apportait pas toujours les récompenses escomptées et il fallait souvent tout reprendre et tout recommencer malgré toutes les déceptions et les efforts vains.


Annie nous dresse ici le portrait d’un homme tout ce qu’il y a des plus banal, mais qui a tout de même quelques ambitions de son époque. D’ouvrier, il passe commerçant et cafetier et s’élève ainsi dans la hiérarchie sociale sans jamais trop y croire et sans jamais trop réussir y non plus.


A travers cet homme, c’est toute une partie méconnue de l’histoire de France que l’on découvre. On se représente bien ainsi la vie quotidienne qu’avaient de nombreux hommes et femmes vivant sans confort matériel, en partageant des joies simples. Des vies depuis longtemps oubliées mais qui ressemble sans doute beaucoup à celles qu’on vécues nos grands-parents. Un bel effort de mémoire.

 

Nombre de pages : 113 pages


Temps mis pour le lire : 3 jours


Note : 14/20


Les 3 premières phrases :

J’ai passé les épreuves pratiques du Capes dans un lycée de Lyon, à la Croix-Rousse. Un lycée neuf, avec des plantes vertes dans la partie réservée à l’administration et au corps enseignant, une bibliothèque au sol en moquette sable. J’ai attendu  là qu’on vienne me chercher pour faire mon cours, objet de l’épreuve, devant l’inspecteur et deux assesseurs, des profs de lettres très confirmés.

Annie-Ernaux

Repost 0
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 15:47

51iFKApK80L.

 

Auteur : Sylvie Testud


Court Résumé :

Sybille (alias Sylvie dans la vraie vie) grandit avec sa mère et ses deux sœurs dans le quartier de la Croix Rousse à Lyon. Une enfance tout ce qu’il y a de plus heureuse, si ce n’est cet homme dont on n’ose pas prononcer le nom. Ce père qu’elle n’a jamais connu et qui pourtant semble lui avoir tant laissé (la seule blonde de sa famille italienne). Le mystère reste entier autour de cet inconnu et les petites grandissent malgré les difficultés matérielles entre l’amour de leur mère et de sa famille.

 

Mon avis perso :

C’est une belle histoire que partage avec nous l’actrice Sylvie Testud. En nous livrant des anecdotes, souvenirs de son enfance, elle nous dévoile ses craintes et ses doutes sur ce qui l’a construite et a fait d’elle la femme publique mais discrète que l’on connaît aujourd’hui.

J’ai été très touchée par son personnage qui malgré ses erreurs, ses tâtonnements et ses questions se lance tête baissée au-devant du danger. Cela montre une grande force de caractère, un être qui fait confiance à son instinct et à ses valeurs.

J’ai beaucoup ris et souris lors de cette lecture, alors si vous cherchez une histoire sincère et drôle avec de vraies émotions, ce livre est fait pour vous.

 

Nombre de pages : 250


Temps mis pour le lire : 10 jours


Note : 15/20


Les 3 premières phrases :

« Ma grande sœur ne veut jamais rigoler ! Elle ne veut jamais laisser rigoler les autres. Faut toujours qu’elle fasse son commandant de troupe ma parole ! »

 

Sylvie-testud.jpg

Repost 0
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 13:18

vie-devant-soi

Auteur : Romain Gary


Court Résumé :

Le petit Momo, enfant abandonné et confié aux bons soins de Madame Rosa, vit à Belleville dans les années 60 et se pose beaucoup de questions pour son âge. Mais est-il vraiment de son âge ? Dans ce récit, nous suivons les tribulations d’un enfant perdu mais au caractère bien trempé qui se bat pour survivre au  milieu d’un monde qu’il a dû mal à suivre. Au travers de son histoire nous découvrons aussi les personnages les plus insolites qui peuplent ce Paris qui l’a vu grandir un peu trop vite.

 

 

Mon avis perso :

Me voici de retour sur ce blog pour un peu plus longtemps que la dernière fois je l’espère. Si mes publications se sont ralenti mon rythme de lecture est toujours le même et je m’en veux de ne pas avoir pu partager avec vous mes découvertes littéraires de ces derniers mois. Je vais donc faire mon possible pour y remédier pour mes lectures suivantes.


De Romain Gary, je n’avais lu jusqu’à présent que Chien Blanc qui m’avait laissé l’impression inoubliable d’avoir découvert un chef-d’œuvre mais avant tout et surtout un être extraordinaire qui grâce à ses convictions politiques et son courage avait mené la vie d’un grand héros.


Ici le style est complétement différent. Je ne suis absolument pas déçue par cette lecture. Au contraire. Ce roman m’a permis de découvrir un autre pan du talent littéraire de Romain Gary. A première vue, l’univers dans lequel évolue notre petit Momo est extrêmement compliqué et complètement inadapté à un enfant de 10 ans. Mais ce petit bonhomme extraordinaire nous fait presque oublier tout cela grâce à sa verve incomparable qui nous fait presque dédramatiser les situations les plus dramatiques en leur conférant une tonalité comique presque incongrue. Et l’on ne peut s’empêcher de rire en lisant la description faite par Momo de la grosse Madame Rosa, chauve, sale et exilée dans un autre temps  que celui du présent.


Tous les personnages en deviennent touchant même le pire des proxénètes du quartier qui vient régulièrement prendre des nouvelles de la vieille dame ou le travesti ancien boxeur sénégalais qui prend soin de la famille quand Madame Rosa commence vraiment à perdre la tête.


Un très bel hommage à ce peuple du Paris populaire et miséreux trop souvent dénigré !

 

Nombre de pages : 256

 

Temps mis pour le lire : 2 semaines

 

Note: 17/20

 

La première phrase :

 

"La première chose que je peux vous dire c’est qu’on habitait au sixième à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ses kilos qu’elle portait sur elle et seulement deux jambes, c’était une vraie source de vie quotidienne, avec tous les soucis et les peines."

romain-gary.jpeg

Repost 0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 14:03

David-copperfield

 

Auteur : Charles Dickens


Court Résumé :

Charles Dickens nous raconte dans ce petit opus de plus de 1 000 pages les pérégrinations du jeune David Copperfield né orphelin de père et  qui devra dès son plus jeune âge affronter une société puritaine et injuste en particulier en vers les plus faibles.


Mon avis perso :

Après 4 mois de lecture de ce monument de la littérature anglaise, me voilà enfin de retour sur ce blog.


On peut dire que Dickens a bien l’art et la manière de raconter les histoires car je doute que j’aurais pu tenir aussi longtemps avec un autre. Mais avec Dickens impossible de s’ennuyer. Dès que l’histoire fait mine de se ralentir c’est pour laisser place au moment le plus inattendu à un nouvel événement qui va faire à nouveau basculer l’histoire.


Jusqu’à présent je n’avais lu de Dickens que son célèbre Christmas Carol dont j’avais déjà beaucoup apprécié le style et la justesse des descriptions. Mais avec David Copperfield, il nous offre ici une preuve de sa maîtrise parfaite de la narration et des sujets qu’il traite. Même si les personnages peuvent paraître parfois un peu fantasques, les scènes décrites et les éléments sont tellement ancrés dans la réalité qu’il est impossible de ne pas croire une seule minute au récit.


Dickens l’avoue lui-même dans son introduction : il est triste de devoir quitter ses personnages après tant d’aventures. Il en est de même pour le lecteur. J’avoue que je me rappellerai longtemps de ces personnages décrits avec une telle précision que j’ai un peu l’impression de les avoir vraiment connus. Leurs histoires sont souvent bouleversantes et nous permettent de découvrir de l’intérieur toutes les strates de la société victorienne.


La fin est pourtant bien menée et ne laisse pas le lecteur sur sa faim. Dickens clôt en effet son histoire d’une manière assez originale  nous permettant de dire une dernière fois au revoir à tous ses personnages.


Ce livre est  un grand classique de la littérature anglaise à lire absolument.


Nombre de pages : 1 108


Temps mis pour le lire : 3 mois et demi

 

Note : 17/20


Les 3 premières phrases:

“Whether I shall turn out to be the hero of my own life, or whether that station will be held by anybody else, these pages must show. To begin my life with the beginning of my life, I record that I was born ( as I have been informed and believe) on a Friday, at twelve o’clock at night. It was remarked that the clock began to strike, and I began to cry, simultaneously.”

dickens2.jpg

Repost 0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 18:50

Guernsey

 

Auteurs : Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

 

Court Résumé :

Juliet Ashton, jeune auteure d’un feuilleton à succès pendant la guerre, cherche un nouveau sujet pour un prochain livre qui lui permettra de démarrer une nouvelle carrière après-guerre. C’est alors qu’elle reçoit une lettre d’un habitant de l’île de Guernesey qui souhaite se renseigner sur le poète anglais Charles Lamb. S’en suit une longue correspondance, grâce à laquelle Juliet va faire la connaissance avec nouveaux amis et  découvrir l’histoire extraordinaire des habitants de Guernesey pendant la deuxième guerre mondiale.

 

Mon avis perso :

Au départ, j’étais conquise. Ce livre représentait exactement le type de lecture que je recherchais à ce moment-là : quelque chose en anglais de simple, léger et bien écrit. Malheureusement, cet enthousiasme fut d’assez courte durée car vers le milieu du livre, les personnages m’ont paru de moins en moins intéressants à la limite du neuneu et de la bêtise.

 

Le point positif de cette histoire reste quand même sa présentation sous forme de correspondance entre les différents personnages. Cette construction permet de faire durer un peu le suspens pour les pseudos mystères et secrets qui surgissent au cours de ce récit qui se veut plus que palpitant. Mais avec des personnages inconsistants et caricaturaux, ça ne fonctionne pas.

 

J’ai également lu plusieurs critiques d’habitants de Guernesey qui ne se reconnaissent absolument pas dans cette île rêvée par une auteure qui y à peine mis les pieds et qui n’est pas allée plus loin que l’aéroport. Malgré tout, je le conseille tout de même pour une lecture de plage où il s’agit de ne surtout pas réfléchir. Dernier point positif de cet histoire : cela m’a quand même bien donné envie d’aller faire un petit tour sur les îles anglo-normandes. De belles petites vacances en perspectives !

 

Nombre de pages : 277

 

Temps mis pour le lire : 10 jours

 

Note : 11/20

 

Les 3 premières phrases :

 

Mr Sidney Stark, Publisher

Stephens & Stark Ltd

21 St Jame’s Place

London SW1

 

8th January 1946

 

Dear Sidney,

 

                Susan Scott is a wonder. We sold forty copies of the book, which was very pleasant, but much more thrilling from my standpoint was the food. Susan managed to get hold of ration coupons for icing sugar and real eggs for the meringue.

 

Mary-Ann-Shaffer-et-Annie-Barrows.jpg

Repost 0
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 14:56

Le-potager-malfaiteurs.jpg

 

Auteur : Arto Paasilinna

 

Court Résumé :

L’inspecteur principal Jalmari Jyllänketo est envoyé par la Sécurité Nationale finlandaise pour enquêter sur les activités louches de la coopération agricole de l’Etang aux Rennes dans l’ouest de la Laponie. Dès le début de son enquête, l’inspecteur, bien que toujours sur ses gardes, tombe rapidement amoureux du domaine et de ses curieux habitants. Ils s’en suit des aventures complètement rocambolesque dans un paysage rude et parmi des personnages hauts en couleurs.

 

Mon avis perso :

Et oui je sais bien qu’on ne m’y attendait plus mais me voilà de retour sur mon blog avec un nouveau livre que je n’avais pas annoncé.


Si j’ai choisi ce livre c’est à la fois pour son auteur, mais aussi et surtout pour sa couverture et son titre qui m’ont plus qu’intriguée : un titre improbable et une photo ridicule ne pouvaient qu’attirer mon attention.


Il y plus de 10 ans maintenant, j’avais découvert Arto Paasilina avec le Lièvre de Vatanen. Une histoire complètement invraisemblable au milieu de la Laponie et j’avais beaucoup apprécié le dépaysement. Question dépaysement, là aussi dans Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison, on est servis… Mais pas forcément pour le meilleur… Les paysages et le climat donnent plus envie de rester bien tranquille chez soi sous la couette que de s’aventurer dans les régions hostiles du grand Nord.


En ce qui concerne l’histoire, j’avoue que mes attentes peut-être trop importantes ont été un peu déçues. J’ai trouvé ça très long. J’avais l’impression que ces péripéties en cascades ne s’arrêteraient jamais. Cela m’a donné l’impression bizarre que l’auteur inventait vraiment son histoire au fur et à mesure et qu’à chaque fois il fallait trouver quelque chose de nouveau d’atteindre nombre de pages exigé par son éditeur.


Les idées et les personnages sont abondants, trop parfois. Je me suis rapidement lassée de l’énumération des différentes sortes de plantes et champignons présents dans l’exploitation, ainsi que des noms compliqué toujours précédés des fonctions des personnages. L’histoire très originale et sans queue ni tête a également finit par m’agacée. Sans doute, trop d’original nuit-il à l’original…


En plus, j’ai eu la malchance de tomber sur une édition mal reliée de ce livre, où il manquait 30 page et ou une centaine de pages était répétée deux fois. Mais ce passage manquant ne m’a pas vraiment gênée pour suivre la suite de cette histoire toujours un peu décousue de toutes façons.

 

Nombre de pages : 376


Temps mis pour le lire : 1 mois

 

Note : 11/20

 

Les 3 premières phrases :


Belle bâtisse ! L’inspecteur principal de la Sécurité nationale finlandaise Jalmari Jyllänketo laissa courir son regard sur le fier kolkhoze de l’Etang aux Rennes, construit dans les années cinquante dans le canton lapon de Turtola. Le bâtiment principal, haut de deux étages, long de trente mètres et large de quinze, était peint en rouge comme toute Maison du Prolétariat.

 

Arto-Paasilina.jpg

Repost 0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 20:32

Homme-vivre-sa-vie.jpg

 

Auteur : Laurent Gounelle

 

Court Résumé :

Le narrateur, un professeur un peu perdu dans sa vie, est en vacances à Bali et décide d’aller rencontrer un sage dont on lui a parlé. Il espère que cet homme pourra l’aider à donner à sa vie une meilleure tournure et qu’il pourra enfin être heureux.

 

Mon avis perso :

Une gentille lecture pour la plage. C’est plein de bons sentiments tout ça. Plein de bons conseils qu’il est bon de se rappeler de temps en temps pour donner un nouvel élan à sa vie. Mais qu’est-ce que c’est gnian-gnian !

 

J’ai très souvent eu envie d’abandonner cette lecture qui m’a par moment exaspérée au plus au point. Le personnage principal est à la limite du supportable et les personnes qu’ils rencontrent ne valent pas mieux. L’auteur donne l’impression de prendre ses lecteurs pour des gros débiles. De nombreuses scènes sont toute fois à mourir de rire, mais peut-être pas pour les bonnes raisons... J’ai du mal à croire qu’il ait écrit ce livre sérieusement.

 

Bref, une lecture facile pour ceux qui souhaitent se changer les idées avec quelque chose d’extrêmement léger.

 

Nombre de pages : 167

 

Temps mis pour le lire : 3 jours

 

Note : 7/20

 

Laurent-Gounelle_2389.jpeg

Repost 0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 13:20

coucous-bouzon.jpg

 

Auteur : Anouk Ricard

 

Court Résumé :

Richard est la nouvelle recrue de l’entreprise Coucous Bizon qui comme son nom l’indique fabrique des coucous. Mais l’attitude étrange et tyrannique du directeur ainsi que celles de la plupart de ses collègues ne laisse rien présager de bon… Richard apprend même que son prédécesseur a mystérieusement disparu…

 

Mon avis perso :

Une BD pleine d’humour noir sur le monde du travail. L’histoire finit rapidement par prendre un tour complètement inattendu et loufoque.

 

Le choix de représenter les personnages par des animaux donne un univers décalé qui nous permet de prendre de la distance par rapport à certaines anecdotes qui peuvent rappeler quelques situation vécues.


Une jolie découverte sans prise de tête.

 

Nombre de pages : 96

 

Temps mis pour le lire : 2 jours

 

Note : 14/20

 

Un extrait :

 

Coucous-bouzon_2.jpg

Repost 0
Published by LN - dans BD
commenter cet article

Lectures en cours

En ce moment je lis :

 

Dans-les-forets-de-Siberie.jpg

 

 com-digitale-expliquee-a-mon-boos.png

 

 

Pages