Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 10:37

parleleur

 

Auteur : Mathias Enard

 

Court Résumé :

Michel-Ange est furieux contre le Pape Jules II qui refuse de lui faire une avance sur le travail qu’il a réalisé pour son tombeau dans la chapelle Sixtine. Pour se venger il décide d’accepter l’invitation du sultan ottoman Bayazid qui l’invite à Constantinople pour y construire un pont qui relira les deux rives. Arrivé sur place, Michelangelo est envouté par cette ville et les rencontres qu’il y fait, en particulier celle avec un jeune chanteur ou une jeune chanteuse – il ne peut encore l’affirmer avec certitude – et un jeune poète Mesihi de Pristina qui le fascinent par leur beauté.

 

Mon avis perso :

J’ai entendu parler de ce livre pour la première fois au moment où j’étais justement entrain de m’organiser un weekend à Istanbul. C’est d’abord la couverture qui m’a attirée. Puis lorsque j’ai appris que l’histoire portait une période de la vie de Michel-Ange à Constantinople, ça m’a tout de suite intéressée.

 

michel-ange.jpg

Je ne connaissais pas du tout cet auteur, malgré les nombreux prix littéraires qu’il a reçu pour ses précédents romans. J’ai beaucoup apprécié son écriture à la fois poétique et très descriptive. Descriptive dans le sens où il semble s’attacher énormément aux faits  et aux détails historiques de ce récit. De sorte qu’au final on finit par ne plus très bien pouvoir distinguer le vrai du faux. En effet, si Michel-Ange a bien été à Constantinople pour y dessiner un pont commandé par le sultan, on ne sait pas grand-chose de ses rencontres, de ses faits et gestes et de son opinion à l’égard de cette ville et de ce peuple.

 

 

Je ne connaissais pas grand-chose sur la vie de cet artiste et j’ai été heureuse d’avoir un aperçu de cette forte personnalité qui doit aussi se battre contre ses adversaires et ses prédécesseurs (Raphaël et Léonard de Vinci) afin de pouvoir faire éclater son talent et être considéré à sa juste valeur.

 

J’ai beaucoup aimé les passages très poétiques de la jeune fille qui veille le sculpteur lors des nuits d’ivresse. Les poèmes de Mesihi sont également très beaux. J’ai retenu en particulier un passage extrait d’un poème d’un poète persan Hâfiz de Chirâz :


yildirimbayezit.jpg

Je ne cesse de désirer que lorsque mon désir 

Est satisfait, que ma bouche atteint

La lèvre rouge de mon amour,

Où mon âme expire dans la douceur de son haleine.

 

Dans une note finale, Mathias Enard nous précise tout de même quels sont les faits historiquement véridiques et laisse une part belle à l’imagination du lecteur. On se prend à rêver que peut-être l’auteur n’a pas tord dans son analyse et dans sa description du séjour du peintre dans la capitale ottomane. Peut-être a-t-il réellement fait toutes ces rencontres et peut-être cette culture a-t-elle eu une réelle influence sur ses travaux futurs. En tous cas, nous n’en saurons pas davantage.

 

Nombre de pages : 154

 

Temps mis pour le lire : 4 jours

 

Note : 17/20

 

Les 3 premières phrases :


La nuit ne communique pas avec le jour. Elle y brûle. On la porte au bûcher à l’aube.

 

Enard.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Isa 26/02/2011 15:26



Un roman enchanteur !!!



LN 26/02/2011 16:02



Oui, ça a été une très belle découverte pour moi :-)



Yv 03/01/2011 17:00



Il me tente bien cet écrivain, mais pour le moment, je n'ai pas encore eu le temps.



LN 03/01/2011 23:40



J'ai entendu pas mal d'avis mitigés (voire plutôt négatifs sur son livre précédent) en tout cas celui-ci m'a beaucoup plu.



Géraldine 24/12/2010 19:29



Le seul argument qui pourrait me conduire vers ce livre qui ne me tente pas depuis le début : son peu de page. On ne s'engage pas pour perpet' !



LN 26/12/2010 15:34



Lol! Non ça s'est sûr, au moins il se lit vite :-)



dasola 22/12/2010 21:20



Bonsoir LN, ce roman qui a reçu le Goncourt des Lycéens me tente assez (surtout l'histoire) et je pense que c'est plus accessible que Zone (roman sans ponctualtion). Et puis les lycéens ont en
général bon goût. Bonne soirée.



LN 22/12/2010 23:21



Bonsoir Dasola, je ne connais rien sur Zone, mais j'ai entendu dire qu'il n'était pas très accessible. Au contraire, Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants est très
bien écrit. C'est surtout le style qui m'a plu dans ce livre. Il donne à l'histoire une dimension poétique assez catptivante. Bonne soirée à toi aussi :-)



Laeti (histoires-de-livres) 21/12/2010 13:31



En plus c'est un prix Goncourt alors je le rajoute à ma Wish-list :)



LN 21/12/2010 14:02



Oui très beau! Je ne m'intéresse pas du tous aux prix littéraires en général, mais celui là l'a bien mérité :-)



Lectures en cours

En ce moment je lis :

 

Dans-les-forets-de-Siberie.jpg

 

 com-digitale-expliquee-a-mon-boos.png

 

 

Pages