Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 12:09

a-passage-to-india.jpg

 

Court Résumé :

Mrs Moore et Miss Quested viennent d’arriver à Chandrapore, une petite ville sans prestige à quelques kilomètres de Bombay. Le but de ce voyage est principalement de savoir si Miss Quested pourrait devenir la future femme de Mr Heaslop, le fils de Mrs Moore. Peu de temps après son arrivée, Mrs Moore fait, par hasard, la connaissance d’un jeune docteur indien musulman dans une mosquée, Dr Aziz. Ils éprouvent immédiatement de la sympathie l’un pour l’autre. Un lien d’amitié semble s’être formé entre la vieille dame et le jeune homme contrairement à toutes les règles sociales du monde dans lequel ils évoluent. De son côté, Miss Quested qui souhaite connaître ce qu’elle appelle la « vraie Inde », accepte pour elle et Mrs Moore l’invitation de Mr Fielding qui souhaite leur présenter des amis indiens dont le docteur Aziz fait parti.

 

a-passage-to-india_1818506i.jpg

 

Mon avis perso :

Et voilà, après plus d’un mois de lutte acharnée et de persévérance, j’ai enfin réussi à finir cette lecture éprouvante mais extrêmement riche. J’ai toujours à la fois beaucoup de mal mais aussi beaucoup de plaisir à lire les récits de Forster. D’un côté, l’écriture est très belle et emplie d’une poésie et d’une philosophie qui nous amène à vraiment comprendre les situations, ce que ressentent les personnages et les raisons de ces sentiments. Mais d’un autre côté, l’écriture est tellement précise qu’il faut vraiment rester toujours attentif au moindre détail pour être sûr de pouvoir suivre cette analyse des situations et des sentiments.

 

large_IndiaScene.jpgLa force de ce livre est en effet de nous décrire avec exactitude les relations sociales qui à la fois unissent et séparent les différents habitants de cette région très cosmopolite et multiculturelle de l’Inde. A première vue on aurait pu croire qu’il n’existait qu’une seule opposition entre les anglais et les Indiens. Seulement les choses se compliquent lorsque l’on s’aperçoit que les Indiens se distinguent entre eux d’une part par leur religion (principalement Hindouistes et  Musulmans) mais aussi par leur classes sociales et leurs relations avec l’empire britannique. De la même manière les anglais distinguent également différents groupes sociaux dans leur communauté.

 

Dans cette société, où tout doit rester immuable (une place pour chaque personne et chaque personne à sa place), les choses vont très facilement s’envenimer lorsque des individus refusent de se conformer aux règles tacites qui leurs sont imposées. C’est de cela dont il sera principalement question lors du procès qui constitue la trame principale de cette histoire. Ce ne seront pas tant les faits de manières objectives qui seront jugés mais le non-respect des conventions sociales.


De même malgré de nombreuses tentatives de rapprochement entre Mr Fielding et Dr Aziz, certaines préjugés culturels demeureront et entraineront certaines incompréhensions. S’en suivront également des malentendus et des quiproquos, que chacun tentera d’expliquer à sa manière, créant ainsi des contresens et des inimités qui n’auraient jamais eu lieu d’être, si les deux partis avaient pris un peu plus de temps pour éclaircir les choses. Chacun finit également par se laisser influencer par ses amis appartenant à la même catégorie sociale et se donnent bonne conscience en imaginant que l’autre l'a trompé ou qu’il ne peut tout simplement pas  le comprendre.

passage-to-India.jpg

Au final, on en arrive bien vite au constat suivant : peu importe les efforts que les personnages peuvent faire pour se rapprocher et essayer de se comprendre, les conventions collectives et les tensions créées par l’hypocrisie ambiante dans lesquelles ils évoluent finiront toujours par les séparer. Une note d’espoir intervient tout de même à la fin de l’histoire, et on se rend compte avec un soulagement teinté de pessimisme qu’une réconciliation peut être possible, mais seulement grâce à l’absence et à l’éloignement. Ainsi, l’amitié cristallisée par le souvenir redevient belle, pure et inaltérable.

 

Un véritable chef d’œuvre à valeur universelle.

 

Nombre de pages : 416

 

Temps mis pour le lire : 1 mois

 

Note : 16/20

 

Les 3 premières phrases :

 

Except for the Marabar Caves - and they are twenty miles off – the city of Chandrapore presents nothing extraordinary. Edged rather than washed by the river Ganges, it trails for a couple of miles along the bank, scarcely distinguishable from the rubbish it deposits so freely. There are no bathing-steps on the river front, as the Ganges happens not to be holy here; indeed there is no river front, and bazaars shut out the wide and shifting panorama of the stream.

 

em_forster_1921.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dasola 10/05/2011 17:37



Bonjour LN, je n'ai pas lu le roman mais le film adapté (l'ultime film de David Lean) est un chef d'oeuvre que je recommande. Film trop méconnnu à mon goût. Et j'avais eu la chance de le voir sur
grand écran. Judy Davis est sensationnelle.  Bonne fin d'après-midi.



LN 10/05/2011 19:17



Bonjour dasola,


Merci pout ton conseil. Je l'avais repéré effectivement mais j'avais un peu peur d'être déçue car quand j'ai lu le synopsis j'ai vu que certains personnages avaient disparus... Mais s'il est
vraiment beau, je vais quand même essayer de lui donner une chance. Bonne soirée :-)



Manu 20/04/2011 19:13



J'ai un souvenir similaire de Vue sur l'arno. Belle écriture mais pas facile à lire. Je n'ose pas imaginer ce que ça donne en anglais !



LN 20/04/2011 19:33



Oui je dois être un peu maso sur les bords parce que j'ai la même impression à chaque fois que je lis un de ses livre : beaucoup de plaisir mais pour beaucoup de souffrance aussi ;-)



Luna 20/04/2011 13:49



Il m'a l'air d'un très beau livre ! Tu me donnes envie de le lire...


Merci d'être passée :)



LN 20/04/2011 19:31



Merci à toi aussi :-) Je te le conseil, c'est magnifiquement bien écrit :-)



Catherine 19/04/2011 22:33



Je n'arrive pas bien à lire en anglais, au bout d'un moment je déconnecte...



LN 20/04/2011 12:05



Oui, ce n'est pas facile quand on a pas l'habitude... Je ne sais pas du tout à quoi ressemble la version française, mais de toutes façons ce livre vaut vraiment la peine d'être lu, peu importe la
langue :-)



Catherine 18/04/2011 22:53



Je me disais qu'un mois, c'était beaucoup, mais tu l'as lu en anglais alors ça ne devait pas être évident.



LN 19/04/2011 10:40



Normalement je n'ai pas de problème pour lire en anglais. En général, ça doit me prendre à peu près 10% de temps en plus. Mais là je n'avais pas du tout la tête à lire ce genre de choses. Donc ça
m'a pris beaucoup plus de temps que si j'avais eu l'esprit plus libre je pense :-) Si tu le peux, ça vaut vraiment le coup de le lire en anglais.



Lectures en cours

En ce moment je lis :

 

Dans-les-forets-de-Siberie.jpg

 

 com-digitale-expliquee-a-mon-boos.png

 

 

Pages