Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 12:53

Auteur : Philippe Claudel


Court Résumé:
Philippe Claudel a été pendant 11 ans professeur de français en prison. 11 ans passés dans ce milieu fermé et secret à côtoyer les détenus, des gardiens, d'autres professeurs et autres personnels de l’administration. Ce livre que l’on pourrait qualifier de témoignage n’est selon lui qu’un faux témoignage car il lui manque une chose importante pour être réel : il n’a jamais passé de nuit en prison. Alors toutes ces heures, tous ce mois, toutes ces années passées derrière ces murs ne seraient qu’une illusion, que du temps passé auprès de personnes dont il n’a jamais vraiment partager l’existence ? 


Mon avis perso :
Très bien écrit (comme d’habitude avec cet auteur). C’est un livre court mais qui nous laisse entrevoir un peu la vie que mènent les « pensionnaires » de cette prison parisienne. Encore aujourd’hui les injustices et les brimades persistent dans cet univers où seule la télévision et les trop rares et trop courtes visites de l’extérieur rappellent aux prisonnier la vie qui continue sans eux de l’autre côté de ces hauts murs. Le froid constamment présent faute de système de chauffage correct. L’impossibilité de se concentrer sur des lectures leur rappelant trop leur condition. Philippe Claudel, nous fait ainsi partager un peu de leur quotidien dans ce monde à part. Il s’attache à certains qui à l’extérieur, une fois sortis, ne veulent plus le reconnaitre afin d’effacer comme ils le peuvent cet échec qu’ils espèrent momentanés dans leur vie. Ils s’attachent également à des tueurs, à des grands criminels, à des menteurs aussi et tente malgré tout de leur enseigner un peu de son savoir. Un récit simple, sans fioritures et sans fausse-modestie.

Nombre de pages : 117

Temps mis pour le lire : 2 jours

Note : 16/20

Les 3 premières phrases :
Sur le trottoir, la première fois où je suis sorti de la prison, je n'ai pas pu marcher immédiatement. Je suis resté là, quelques minutes, immobile. Je me disais que, si je le voulais, je pouvais aller à gauche, ou bien à droite, ou encore tout droit, et que personne n'y trouverait rien à redire. Je me disais aussi que, si je le voulais, je pourrais aller boire une bière, un Ricard ou encore un cappuccino dans n'importe quel bistrot, ou bien retrer chez moi et prendre une douche, deux douches, trois douches, autant de douches qu'il me plairait.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
C'est un livre que j'ai lu il y a peu de temps, et qui m'a beaucoup plu. Philippe Claudel décrit très bien l'univers carcéral, et nous oblige à nous questionner sur ce milieu si particulier.
Répondre
K
Je ne connaissais pas ce titre ! J'avais bien aimé La petite fille de Monsieur Linh (et pleuré comme une Madeleine...)
Répondre
L
<br /> Oui moi aussi c'est avec ce titre que j'avais découvert l'auteur. Depuis c'est un de mes préférés avec les âmes gises.<br /> <br /> <br />